La trilogie de Jumanji

Salut, comment vas-tu? Dimanche dernier, en famille, je suis allée au cinéma voir le troisième volet du film Jumanji. Même si ce n’est pas la suite du tout premier, je le mets avec car  pour moi c’est une sorte de remake accroché au premier. 

Jumanji : le tout début

« Lors d’une partie de Jumanji, un jeu très ancien, le jeune Alan est propulsé sous les yeux de son amie d’enfance, Sarah, dans un étrange pays. Il ne pourra s’en échapper que lorsqu’un autre joueur reprendra la partie et le libérera sur un coup de dés. Vingt-six ans plus tard, il retrouve le monde réel par le coup de dés de deux autres jeunes joueurs, Judy et Peter.« 

J’avais 9 ans quand le film est sorti. Je n’ai pas de souvenirs à titrement parlé, de l’avoir vu au cinéma. Je dirai plus que je suis tombée par hasard sur la cassette VHS lors d’une brocante. Dès que je l’ai visionnée, je me suis prise au jeu avec les personnages : autant les enfants que les adultes. Un jeu devenant réaliste où des choses étranges vous arrivent au fur à mesure de la partie. Un truc de dingue !

Ce début de trilogie est super bien conçu par le réalisateur. C’est un très bon concept qui n’a jamais été réalisé  avant, film joué par de bons acteurs dont un est mon préféré et connu par tous : Robin Williams. Robin est comme Eddy Murphy ou Jim Carrey. Chacun à son humour, possède ses techniques pour nous décrocher un rire.

Même le rôle de l’ouvrier de l’usine de la chaussure, tu t’y attacheras car il est attendrissant et réelle de notre vie actuelle (hier, aujourd’hui et demain). J’aime le père d’Alan ne sachant pas communiquer avec son père. J’ai envie de l’aider et de lui dire de prendre son fils dans ses bras car il est très précieux. Il a sans doute une image négative mais tu sauras qu’il aimait son fils un peu plus tard dans le film.

Les images de l’époque sont bien faites, nous n’avions pas besoin d’une 3D de malade pour avoir un bon film. J’aime cette pellicule vintage, aux couleurs sépia et colorées en même temps. Robin Williams joue parfaitement son rôle d’enfant dans le corps d’un adulte aux côtés de son amie qui elle a bien grandit et est devenue dépressive.

Jumanji : bienvenue dans la jungle

« Le destin de quatre lycéens en retenue bascule lorsqu’ils sont aspirés dans le monde de Jumanji. Après avoir découvert une vieille console contenant un jeu vidéo dont ils n’avaient jamais entendu parler, les quatre jeunes se retrouvent mystérieusement propulsés au cœur de la jungle de Jumanji, dans le corps de leurs avatars. Ils vont rapidement découvrir que l’on ne joue pas à Jumanji, c’est le jeu qui joue avec vous… Pour revenir dans le monde réel, il va leur falloir affronter les pires dangers et triompher de l’ultime aventure. Sinon, ils resteront à jamais prisonniers de Jumanji. »

Tu pars dans une autre aventure avec d’autres personnages : 4 adolescents au goût du jour. Un mec super intelligent et ayant une timidité qui le déssert pour parler à la fille de son cœur, un basketteur tout en confiance mais pas très bon en mathématiques – le cliché :), une jeune fille complexée par con corps et une adolescente dont les doigts restent collés à son écran de téléphone et ses réseaux sociaux. Bref, des adolescents d’aujourd’hui ! Ils deviennent leur avatar du jeu : Spencer l’intello a pour avatar l’immense Dwayne Johnson, Fridge le basketteur a pour avatar Kevin Hart, Ruby la complexée a pour avatar Karen Gillan et Bethany a pour avatar Jack Black.

Ce film, je l’ai adoré. Il y a tout pour que tu sois dans l’aventure avec eux : humour, action, suspens, énigme, charme. C’est vrai, c’est un film pour adolescent car il y a les premiers amours, les boutons de l’adolescence. Cependant le jeu de rôle des 4 avatars sont formidables. Réussir à emprunter toutes les mimiques d’une fille comme Bethany quand tu es un homme, c’est fabuleux. J’aime également l’acteur Kevin Hart, interprétant le zoologiste : celui tout à gauche de la seconde photo.

Je n’ai pas vu le temps passé lorsque j’ai visionné ce film au cinéma tellement j’étais dedans. lorsqu’il fut finit, j’ai eu envie de le revoir de suite. Un bon moment à passer entre potes et/ou famille.

Ma scène préférée est celle où les avatars découvre leurs points forts et leurs faiblesses. Un moment où le rire est arrivé sur mon visage « puissant regard de tombeur » 😉

Jumanji : next level

« L’équipe est de retour mais le jeu a changé. Alors qu’ils retournent dans Jumanji pour secourir l’un des leurs, ils découvrent un monde totalement inattendu. Des déserts arides aux montagnes enneigées, les joueurs vont devoir braver des espaces inconnus et inexplorés, afin de sortir du jeu le plus dangereux du monde. »

Ils sont de retour pour nous en mettre plein la vue…mais beaucoup moins drôle et puissant que le premier. Deux nouveaux personnages dans ce film : le grand-père de Spencer et son ami de longue date. Je vais de suite te donner mon avis sans passer par quatre chemins : je l’ai trouvé beaucoup moins bien que le premier. J’étais moins dedans et je trouve cela dommage car c’est un genre de films que j’admire.

Ce que je n’ai pas apprécié c’est que les nouveaux personnages n’aient pas leurs avatars à eux. Cela aurait été marrant qu’il se retrouvent dans un cheval – au lieu de Bethany ou dans un corps d’enfant. Non là, ils arrivent à l’intérieur de deux déjà existant et la magie, pour moi, n’opère pas. Cependant, je trouve l’énigme plus sympa que dans le premier film « bienvenue dans la jungle », retrouver leur ami Spencer et sortir du jeu à tout prix. Les décors sont réelles, je n’ai pas vu de faux raccords très voyant.

Je te revois dans quelques jours avec un article d’une comparaison du film et du livre Charly et la chocolaterie.

Author: Jason

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.