Dumbo, l’éléphant volant

Salut lecteur, comment vas-tu en ce vendredi ? La pluie, le vent font partie de notre quotidien. Viens te réchauffer au coin du feu en lisant l’article sur « Dumbo, l’éléphant volant« . Je vais te parler du premier film ainsi de celui réalisé par Tim Burton, en te donnant mon avis.

Dumbo, son histoire avant de commencer

Selon le « Dico Disney », Dumbo est le 4ème classique d’animation. Dans un cirque, un bébé éléphant naît avec des oreilles démesurées, et est nommé Dumbo. Sa mère et lui deviennent l’objet e moqueries de la part es autres éléphants et des enfants qui visitent le cirque – du harcèlent dans la vraie vie. Mais les humiliations se transforment en triomphe quand Dumbo est surpris de découvrir, avec l’aide de son ami fidèle, la souris Timothée, qu’il peut se servir de ses oreilles géantes pour voler.

Sortie le 23 octobre 1941 – ça me rajeunit, réalisé par Ben Sharpsteen. D’après une histoire d’Helen Aberson et Harold Pearl. Dès que Walt lit les épreuves de l’histoire, il sait que le film sera un succès. Produit après deux films coûteux l’année précédente, Dumbo est réalisé avec un budget d’uniquement 812 000 dollars, principalement parce qu’il passe rapidement au département de l’animation grâce à son histoire brèves et à ces personnages clairs. Il génère des bénéfices bienvenus pour le Studio. Dumbo doit faire la couverture du magazine TIME pour sa sortie originale en décembre 1941 mais est remplacé par un événement exceptionnel l’attaque de Pearl Harbor, le Général japonnais Yamamoto.

Dumbo et mon enfance

Source google

Je ne sais plus vraiment quel âge avais-je lorsque j’ai regardé pour la première fois le dessin animé Dumbo. Je pense moins de 12 ans et celui-ci m’a fait beaucoup pleurer. Le fait que sa maman soit emprisonnée dans une cage juste parce qu’elle a voulu le protéger, m’avait rendue triste. Les images étaient extraordinaires pour mon époque d’avant 2000. La musique était douce, j’embarquais avec celle-ci vers un monde cruel qui finissait bien. Lorsque j’ai grandi, je me suis aperçue que ce monde dans lequel Dumbo était, représentait le monde d’aujourd’hui : toujours en train de critiquer l’autre pour un rien – car oui ça ne te regarde pas si je me sens belle avec un grain de beauté sur la joue, si j’ai les cheveux frisés en ayant une grosse touffe, si je suis bien dans mes basket avec mes rondeurs ou quand je suis mince…Toujours la critique, et c’est à toi de te dire que tu vas y arriver sans les autres pour t’aider. Tout ce que je viens de citer, tu le sais qu’à partir de tes 12 ans.

LE DUMBO DE TIM BURTON

J’aime énormément le réalisateur de Tim Burton. Mon film préféré de cet homme restera toujours « Les Noces Funèbres » pour son écriture, également pour ses images et son ambiance gênante.

Lorsque Disney a parlé du film Dumbo avec la collaboration de Tim Burton, je me suis dit « génial, j’ai hâte de voir son travail et comment va-t-il faire pour le remettre à jour ?! ». Je me suis donc rendue au cinéma. Je l’ai regardé, heureuse d’être assise sur mon fauteuil avec mon popcorn salé…Et là, j’ai été déçue et en colère !

  • L’histoire complètement détachée du premier film d’animation : ce n’est pas vraiment une mauvaise chose de s’être détaché de l’histoire de base. J’ai bien aimé le fait de la modernité dans ce film. Il faut bien évoluer avec son temps. Adieu le cirque, bienvenu au parc d’attractions.
  • Beaucoup d’exagération : Tim Burton se trouve souvent dans l’exagération mais là, le film est la cerise sur le gâteau. Le jeu de certains acteurs est sur-joué, notamment celui du directeur du nouveau parc d’attractions. Ses sourires, ses joies tirés par les cheveux. La non-présence du père ayant perdu sa femme et qui n’arrive pas à trouver sa place par rapport à ses enfants. Tiens, les enfants…Oh my god ! Je ne peux te dire ce qui me dérange dans leur façon de jouer. Un peu niais dans cette histoire. Certes, ils sont là pour donner de l’espoir à Dumbo et à leur famille complètement désossée. 
  • L’image et les couleurs : beaucoup de rouge, de gris et de marron dans ce film. Ce sont les 3 couleurs les plus vues dans ce film. Le graphisme est tout de même beau et assez bien réalisé…Sauf lorsque Dumbo apparaît sur l’image. Plusieurs fois, j’ai vu qu’il était (bien) faux et c’est dommage. Normalement, ce genre de film doit nous faire rêver, nous faire croire que cet éléphant existe vraiment. Je ne me suis pas du tout retrouvée dans ce film comparé à Avatar où le graphisme m’a fait rentrer dans l’univers de la jungle. Il manque un peu voire beaucoup de technique. C’est dommage !

Mon avis : je m’attendais à beaucoup de chose en regardant ce film. Malheureusement, celui-ci n’a pas été au-delà de mes espérances et est tombé bien bas. Je ne le regarderai pas une deuxième fois même si tu devais me forcer 😀

As-tu lu le dernier article sur le film Maléfique 2. Clique vite sur le lien : ici.

 

 

 

Author: Jason

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.